Caramie's Zone

Blogue de critiques de films par Anna Li

8/11/2017

[Critique • Cinéma] ANNABELLE: CREATION / ANNABELLE 2: La création du Mal


Critique par Anna Li ( )
☆☆☆La poupée maléfique Annabelle est de retour! Après être apparue pour la première fois dans The Conjuring (2013) suivi de son film éponyme (2014) où elle terrorise une femme enceinte, Annabelle revient nous hanter dans ANNABELLE : CREATION/Annabelle 2 : la création du Mal qui s’avère être en fait le prequel du long métrage de 2014.


* Avant toute chose, je recommande fortement de voir Annabelle au préalable pour comprendre la dernière scène du film (ou du moins pour avoir la même réaction que les autres spectateurs qui voient le film en même temps que vous...) C’est également une bonne idée de visionner The Conjuring 2 pour comprendre un easter egg et la scène après le générique de ANNABELLE : CREATION.

L’histoire se situe 12 ans avant les événements du film Annabelle. Samuel Mullins [Anthony LaPlagia], un fabricant de poupées et sa femme Esther [Miranda Otto] ne se sont jamais remis de la mort de leur fille Annabelle « Bee » [Samara Lee] survenue 12 ans plus tôt. Samuel n’est plus l’ombre de lui-même tandis qu’Esther est alitée (et porte un masque digne du Fantôme de l’Opéra.) Ils décident de mettre un terme à leur solitude et alléger l’atmosphère de leur maison en invitant six orphelines et leur institutrice, sœur Charlotte [Stephanie Sigman] à venir vivre chez eux. Le St. Eustace Home for Girls, l’orphelinat dans lequel elles étaient pensionnaires a dû fermer ses portes et habiter dans la maison des Mullins est la seule solution pour que les filles restent ensemble. 

Dans le groupe, Janice [Talitha Bateman] est celle qui a besoin le plus d’attention. Elle a souffert de polio et est handicapée physiquement à une jambe ce qui limite ses déplacements. Un soir, contre les indications de M. Mullins, Janice décide de s’aventurer dans la chambre de Bee. Elle ouvre une armoire et y découvre une poupée portant une robe blanche! (Même si elle n’est jamais nommée, la poupée est Annabelle, telle qu’on la vue dans les autres films.) Dès lors, une entité malveillante semble vouloir la posséder.

Avec ANNABELLE : CREATION David F. Sandberg qui nous a donné son premier long métrage en carrière Lights Out l’année dernière nous prouve l’étendue de son talent. Toutes les scènes sont bien construites, même celles qui ne présentent aucun élément d’horreur. J’ai bien aimé la séquence très tôt dans le film où les filles font leur première visite dans la maison. Le tout nous est montré sous la forme d’un court plan-séquence où chaque personnage visite une pièce différente de la maison. En ce qui a trait aux scènes d’horreur, elles sont bien réalisées. La cinématographie est excellente et les effets sonores/trame sonore dont le volume est augmenté d’un cran pour nous faire sursauter ou imprégner les scènes d’un silence de mort sont bien utilisés. Les séquences font-elles peur? Non. Pas du tout. Le cinéaste recycle des techniques qu’on a pu observer dans les films de James Wan comme de nous montrer quelque chose qui bouge à l’arrière-plan à l’insu du personnage à l’avant-plan ou de garder l'objectif de la caméra pointée sur un objet inanimé pendant plusieurs secondes en espérant que l’objet se mette soudainement à bouger. La plupart des séquences comportent un aspect prévisible ce qui enlève toute l’atmosphère lugubre qu’on essaie de nous présenter. Au cours du récit, certains objets nous sont montrés pour la première fois : le monte-escalier, le monte-charge dans la chambre de Charlotte, le puits, le jouet fusil à balle, l’épouvantail. Il est impossible de ne pas prévoir que ces éléments seront de nouveau utilisés lorsque la situation dégénère. Le monte-escalier et le monte-charge qui cesse de fonctionner au mauvais moment ou une force maléfique qui essaie d’entraîner une personne dans le puits sont tous des moments que l’on voit venir. Les séquences les moins prévisibles sont de loin les meilleures. La scène où « Bee » se lève de son siège et se transforme en un être deux fois plus grand est lugubre de même que les scènes où un personnage meurt subitement.

Le film n’aura pas pu fonctionner sans le jeu des jeunes actrices Talitha Bateman et Lulu Wilson qui interprètent les deux orphelines principales Janice et Linda. Elles ont une bonne complicité et sont très proches l’une de l’autre. Lulu Wilson qui en est déjà à son troisième rôle dans un film d’épouvante en carrière [ Ouija : Origin of Evil  et Deliver Us from Evil ] possède un talent exceptionnel pour exprimer de la frayeur durant les séquences les plus intenses. Bien que le scénario ne développe aucunement les personnages, on en sait juste assez sur eux pour s’en soucier. 

Malgré qu’ ANNABELLE : CREATION est peu effrayant, il est de meilleure qualité que son prédécesseur. L’univers cinématographique de The Conjuring se poursuit en 2018 avec la sortie de The Nun.  
http://4.bp.blogspot.com/--_ythQp3aiw/UvR0Y2j11aI/AAAAAAAAAq8/zzozFJyXtA0/s1600/suivant.jpg> http://2.bp.blogspot.com/-z0HHSdoPc8o/UvR0Y_5yMQI/AAAAAAAAArA/njQJobr2YvU/s1600/blog.jpg http://1.bp.blogspot.com/-_Z7QMe2d39M/UvSASC4nZvI/AAAAAAAAArU/f0oltSQzSMk/s1600/home.png

Vous êtes le ...ième visiteur! Merci!!!

Meilleur film de 2017

[Critique • Cinéma] JOHN WICK : CHAPTER 2

Par Anna Li JOHN WICK (cliquez sur ce lien pour lire ma critique) était pour moi une surprise de l’année 2014 et pour une ...

Moi!

Moi!

Auteur: Anna Li

J'assiste souvent aux premières (tapis rouge) de films voici tous les articles reliés rédigés depuis les trois dernières années: Premières de films

Projections à venir

Logo :D

Logo :D